L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, parait-il ! C’est pour ça que j’avais mis le réveil à 8h, une heure outrageusement matinale lorsque l’on est en vacances, mais tout à fait correcte quand il s’agit de visiter un si beau pays qu’est le Canada.

Ce matin, il est temps de se motiver pour aller revisiter notre passé. Je me suis en effet prévu une excursion au village historique Val-Jalbert, encensé par les avis sur Google Maps et Tripadvisor, mais également conseillé fortement par le Groupe Voyages Quebec avec qui j’ai organisé ce projet.

Et une bonne motivation commence par un bon petit déjeuner ! Pour la première fois, parmi tous les hôtels que j’ai visités, celui-ci a fait une erreur grave : faire un buffet à volonté. 

Je pense qu’ils ont perdu un peu d’argent avec moi 🙂 

Assiette 1/3… go !

Une fois le petit dej englouti, c’est l’heure du checkout. En effet, le village se situe sur le chemin pour aller à Tadoussac, où je me rendrai cette après-midi. 

depuis la voiture, on a constamment ce paysage autour du lac

Le village Val-Jalbert

Je ne savais pas du tout quoi attendre de ce petit village, et j’ai été vraiment époustouflé par les moyens mis en place pour les visiteurs.

Tout commence avec une petite balade en bus, autour du village, avec les explications enjouées de Luc, notre chauffeur. Luc nous explique que le village a été fondé en 1901 par Damase Jalbert, qui voyait en cet espace un lieu parfait pour créer un moulin à pulpe de papier (une pulperie). En effet, étaient présentes une cascade, une forêt peuplée d’un bois parfait pour du papier, et une main-d’oeuvre nombreuse.

Tut tut en voiture tout le moooonde

De plus, un chemin de fer est présent pour acheminer toute la pulpe de papier, ce qui est parfait pour les affaires.

On continue le tour des maisons, qui ont été construites pour loger les travailleurs du village. Certaines sont rénovées et habitables (ils en font des petites chambres d’hôtel), d’autres ont été laissées à l’abandon. On apprend notamment que le prêtre était super sévère, que la vie y était extrêmement bonne pour l’époque (électricité / eau courante / pompier volontaire). On passe également devant une école, et nous arrivons enfin au moulin. Il faut garder en tête que nous sommes en 1901, le moulin n’est donc pas un moulin à vent tel qu’on pourrait l’imaginer, il s’agit plus d’un énorme bâtiment qui prend de l’eau de la cascade et la transforme en énergie (et notamment en électricité, pour le village).

Notre petit tour s’arrête ici, et je décide de partir assez vite du côté du téléphérique afin de monter le plus haut possible. Il y a une animation à 10h45, il est 10h05 et je ne voudrais pas la louper.

Je prends donc le téléphérique et arrive 72m plus haut, en haut de la cascade (qui dépasse donc celle du Niagara de plus de 20m), et je décide d’aller vers les chutes “malignes” un peu plus loin dans la rivière. Je suis tout seul en arrivant au point de vue, après une petite traversée en forêt fort agréable. Une fois sur place, le spectacle est vraiment magnifique.

Je reste quelques minutes à profiter du paysage saisissant, puis l’afflux de visiteurs commence à arriver. Je fais donc demi-tour, et plutôt que de descendre par le téléphérique, je décide de prendre les escaliers (comptant 754 marches) et j’ai pu profiter d’une vue imprenable sur le lac Saint-Jean, en amont de la cascade, que je vous laisse découvrir.

Hooooo

J’ai également fait une petite vidéo pour se rendre vraiment compte de l’ambiance à cet endroit

Un petit coup d’oeil à mon téléphone m’indique qu’il est 10h37. Il faut que je me speed si je veux avoir la chance de voir l’animation à 10h45, et il me reste encore au taquet de marches à descendre ! 

C’est donc en sueur que j’arrive jusque dans la pièce principale du moulin, aménagée spécialement pour l’expérience. Celle-ci proposait une sorte de cinéma 4D avec parfois de l’eau, de la neige, et l’histoire du village était comptée par deux “fantômes”, présentant l’histoire de Val-Jalbert de 1901 à aujourd’hui. C’était vraiment saisissant et très bien fait.

La bande annonce du spectacle immersif

Une fois terminée, je me suis dirigé vers la sortie et je suis allé voir la cascade de plus près. Un belvédère avait été aménagé pour l’observer du plus près, et c’est assez impressionnant la force qu’il s’en dégage. Je vous mets ici les différents points de vue que j’ai pris. 

Je voulais tester les ralentis

Je continue ma visite vers la maison du contremaître, en contrebas. La maison est bien rénovée et tout, mais il y a surtout une vidéo super intéressante des anciens du village, qui s’en souviennent encore et dont les parents étaient des habitants, qui font un témoignage poignant de la vie quotidienne des villageois.

Ha oui, je vous l’ai pas dit, mais le village est devenu un village fantôme en 1927, car le moulin, racheté un an plus tôt par une compagnie américaine, a été fermé, forçant les habitants du village à déménager.

Je me dirige ensuite vers le cœur du village, où sont présents le bureau de poste, l’école et autres lieux importants. Voici les dernières photos que j’ai prises

Mon ventre commence à gémir, et je regarde la montre (de mon téléphone). Diantre, il commence à se faire tard, et j’ai pas mal de route jusqu’à Tadoussac. Cela fait presque 3h que je marche et m’inspire de l’histoire de ce village, il est grand temps d’y aller !

La route pour Tadoussac

La route en elle-même est un paysage en fait. Après avoir pris un dîner bien trop cher pour ce que c’était, je pars en direction du pays des baleines. 

C’est partiiii

Le trajet est vraiment agréable, et donne l’impression d’être au milieu de nulle part. Les lacs / étangs s’enchainent tandis que je longe la rivière Saguenay en direction de Tadoussac. Voici un échantillon de ce qu’on pouvait voir.

L’arrivée à Tadoussac fut… compliquée. Tout d’abord, un énorme ralentissement (de presque 30 min) à 500m de l’hôtel m’a pas mal pris de court, et l’endroit où je loge est vraiment, vraiment mal indiqué. Je finis par trouver, me gare, récupère les clefs et découvre ma chambre. En fait, je suis dans un petit chalet assez kitch.

Fichtre, ça a l’air plus vieux que les maisons que j’ai visitées ce matin, mais au moins, je reste dans le thème et ça a du charme. Il était donc temps de prendre mon ordi, de me caler dehors et de vous compter cette histoire.

A demaiiiiiin